Meet the Refoodgies

a-paris-un-festival-pour-gouter-la-cuisine-des-chefs-refugies,M347442

Meet the Refoodgies

Un article géo-politico-gastronomique autour de l’intégration des réfugiés par la cuisine : un merveilleux melting pot !

Publié par Protéines, le
Food Toujours
Crédit photo : L'Ami Jean

En 2016, la cuisine est plus que jamais un vecteur majeur de lien social et d’accueil des communautés de réfugiés : ces superbes initiatives débarquent en France pour redonner du sens à nos papilles et du baume à nos coeurs.

Le RéChO : Refuge, Chaleur, Optimisme dans un food-truck à travers l’Europe

Ce projet solidaire mené par 10 jeunes femmes a pour but de ramener de la vie, de créer du lien et de favoriser l’insertion à travers des repas et ateliers de cuisine dans les camps de réfugiés. Objectif : entre 500 et 600 repas végétariens par jour et 3 semaines d’ateliers de cuisine avec et pour les habitants des environs et les réfugiés. Soutenez ce projet qui s’installera en premier au camp de la Linière (à Grande Synthe, près de Calais), puis roulera jusqu’en Belgique, en Allemagne, en Angleterre, pour idéalement arriver à Paris d’ici 2018 !

Le Refugee Food Festival : une super opération découverte

À l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, du 17 au 21 juin derniers, des restaurants parisiens ont ouvert leurs cuisines à des chefs réfugiés pour nous faire découvrir le meilleur de la cuisine syrienne, ivoirienne, iranienne, sri-lankaise. Une belle occasion de rendre hommage à ces professionnels confirmés, et à leur parfaite intégration dans la société française par la culinarité : c’est le cas pour Mohamad Al Khaldy, chef syrien accueilli pour l’occasion au Freegan Pony (qui aurait parfaitement pu figurer dans notre article sur la valorisation des aliments invendus sur les marchés), et chez L’Ami Jean par le chef français Stéphane Jego autour d’un menu franco-syrien « à 4 mains ».

Dans la même veine anti-gaspi et création de liens communautaires, l’initiative so british de la Bristol SkipKitchen récupère des invendus sur les marchés pour cuisiner dans les milieux communautaires anglais, mais également sur les camps de réfugiés (comme Calais par exemple) : plus de 20 000 repas distribués en 1 an, en plus des ateliers d’éducation à la lutte contre le gaspillage pour les écoles primaires de Bristol.

Sinon, tout l’été à Paris (13ème), vous pouvez vous rendre au restaurant solidaire Le Petit Bain, une péniche qui accueille Les Cuistots Migrateurs : Syrie, Iran, Tchétchénie, Sri Lanka, autant d’origines que de chefs réfugiés qui vous régaleront grâce à une cuisine ensoleillée pour trois fois rien.