Les concepts monoproduit, un phénomène qui ne s’essouffle pas

WeAreTiramisu_1050x700

Les concepts monoproduit, un phénomène qui ne s’essouffle pas

Le succès des dernières ouvertures d’enseigne le prouve.

Publié par Protéines, le
Food Toujours
Crédit photo : WeAreTiramisù

Les amateurs de sensations sucrées sont bien gâtés, car depuis le début de l’année, le choux a fait son entrée à Paris, dans un registre inhabituel, le streetfood.

Après la Maison du Chou de Manuel Martinez, le Choux d’Enfer d’Alain Ducasse et Christophe Michalak attise la curiosité de part son format « kiosque » et ses choux en tout genre (à la crème, gougères) à déguster sur le pouce.

Dans la même lignée que l’Eclair de Génie et la Pâtisserie Ciel (spécialisée dans l’angel cake) les amateurs de tiramisu ont désormais leur QG. We are Tiramisu propose, en plus des grands classiques (chocolat, café amaretto), des mélanges inattendus et originaux (yuzu jasmin citron vert, chocolat menthe pignon, safran grand marnier orange).

Pour les amateurs de sensations salées, pas de panique, on ne vous a pas oubliés !

Voici 2 nouveaux concepts :

– Le Balls, ce restaurant entièrement consacré aux meatballs on l’évoquait en début d’année ici, a enfin ouvert ses portes, avec des recettes familiales, retouchées par les 2 créateurs de l’établissement (Salomée Vidal et Jérémie Kanza),

The Grilled Cheese Factory, propose le fameux pain doré à la poêle avec fromage fondu et beurre (le croque-monsieur façon US), mais aussi dans des versions revisitées (saumon, poulet, légumes) de ce grand classique américain.

Et enfin, notre coup de cœur : My Crazy Pop. Il s’agit du premier concept store en France entièrement dédié au popcorn (ou maïs soufflé pour les plus chauvins !). On y trouve des popcorn sucrées (caramel au beurre salé, chocolat, pralin, pain d’épices) mais aussi des popcorn salés (cacahuète, barbecue, wasabi, gingembre sésame pavot, parmesan, caramel de poivron), et cerise sur le popcorn, tous ces produits sont préparés sans huile grâce à une machine spéciale. L’obsession a du bon !