La guerre des étoiles n’aura pas lieu

Laurent Van Parys

La guerre des étoiles n’aura pas lieu

Déjà plus d’un siècle que le célèbre Bibendum distribue et retire ses étoiles. C’était sans compter sur Laurent Van Parys qui a bien décidé de faire briller les restaurants autrement.

Publié par Protéines, le
Derniers Repérages
Crédit photo : Thai Toutain & Laurent Van Parys

Totalement à contre-courant de cette pratique, le Belge exporté à Paris, Laurent Van Parys propose un nouveau genre ; il ne parle que des restaurants qui ont su le séduire. Les autres, ceux qui ne lui font ni chaud ni froid, il n’en parle simplement pas. Maître absolu de la « positive attitude », il mise tout sur le partage et ne se rend que dans les restaurants dans lesquels il lui sera possible de rencontrer les chefs.

200 fois par an, c’est le nombre de fois que ce gourmand s’assied à la table d’un restaurant… Comme il paye tous ses repas, cela rend la note plutôt salée : 15 000 à 20 000 euros par an. Mais quand on aime paraît-il on ne compte pas !

A ses débuts, Laurent Van Parys relatait ses expériences sur son blog. Aujourd’hui, il préfère nourrir sa page Facebook de nombreux mets qui semblent plus délicieux et raffinés les uns que les autres. Mais, il diversifie aussi son activité en formant un « Club d’Epicuriens », le « Dead Gourmet Society ».

Influenceur dans le milieu de la gastronomie, Laurent Van Parys ne distribue certes pas d’étoiles mais bon nombre de chefs l’érigent au rang de bonne étoile.