3 QUESTIONS À… Léa Bougeault, fondatrice du studio Miit®

©-Miit-Studio-_1_1050x700

3 QUESTIONS À… Léa Bougeault, fondatrice du studio Miit®

Miit® assure un nouveau service de restauration événementielle ludique et participatif. Léa Bougeault sa fondatrice répond à nos questions.

Publié par Protéines, le
L'Interview
Crédit photo : ©Miit-Studio

Formée au design à l’école La Martinière-Diderot de Lyon et plus à l’aise dans une cuisine que dans un atelier maquette, la nourriture lui est rapidement apparue comme un matériau plein de ressources. Transformable à l’infini, la nourriture possède naturellement un « pouvoir social » que le designer peut intensifier s’il lui fait revêtir une forme inattendue et vient en bouleverser les codes. L’acte de manger est donc devenu un domaine de prédilection.

Si je vous dis « la madeleine de votre enfance », qu’est-ce que cela vous évoque ?

Les paquets de Pailles d’Or que nous donnait ma grand-mère l’été sur la plage. J’ouvrais le sachet en aluminium, les doigts encore tout collants de sable. Je ne les mangeais pas une par une mais les dévorais quatre par quatre, empilées les unes sur les autres. Ce goûter dégusté au soleil, les pieds dans le sable, a ponctué les étés de mon enfance. Aujourd’hui, il me suffit d’un de ces biscuits pour me téléporter directement sur une plage de Bretagne et retrouver les jeux de mon enfance.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre projet food du moment ?

J’ai conçu les différentes vitrines d’une marque food pour les fêtes de fin d’année. En m’inspirant de l’histoire de la marque, ses valeurs et particularités mon rôle était de créer une scénographie différenciante tout en gardant l’esprit festif des fêtes. Mon travail consiste donc à assembler et conjuguer différents éléments pour créer une mise en scène qui ait du sens, qui soit esthétique et bien évidemment réalisable ! Comme il est toujours très excitant de voir un projet se concrétiser, j’ai hâte de voir la réalisation !

Vos pronostics sur la tendance food de demain ?

L’intérêt grandissant pour la cuisine relayé par les médias presse et télévisuels s’accompagne réciproquement d’une prise de conscience de l’importance du choix des produits qui servent à la faire, notamment leur provenance et leur processus de production. Les consommateurs veulent tout savoir sur ce qu’ils mangent de la graine à l’assiette.

Je parie donc sur la multiplication de réseaux locaux tels que les AMAP, «La Ruche qui dit oui», etc. Les consommateurs se sentent de plus en plus impliqués multipliant les initiatives comme les potagers collectifs ou citadins. Ceci n’exclut en rien l’industrie agroalimentaire, il n’est pas question de retourner au Moyen-Âge ! Celle-ci doit intégrer, dans la mesure du possible, cette notion de proximité en privilégiant l’utilisation de produits issus de productions locales. Mais je n’invente rien, certaines marques et distributeurs ont déjà largement commencé à le faire.

Site web : www.miit-studio.com